240 wagons par jour sur les rails du Quebec

Des dizaines de villes opposees

Des Premieres Nations qui disent NON

Qu’est-ce que c’est?

Chaleur Terminals est un projet de stockage d’hydrocarbures de la compagnie Secure Energy provenant des sables bitumineux et de la fracturation dans un but d’exportation, situé à Belledune au Nouveau-Brunswick. Les installations projetées comprennent une voie ferrée, un terminal pétrolier de huit réservoirs et un oléoduc de 3 kilomètres à être construit entre les installations projetées et le terminal maritime du Port de Belledune. Une phase 2 est projetée, dans le but de faire passer la capacité de stockage de 1,2 à 3 millions de barils.

Où est le problème?

Du pétrole traversant le Québec par train

Les hydrocarbures arriveront par trains depuis l’ouest. À plein rendement, il est calculé que 2 convois d’environ 120 wagons traverseraient communautés, villes et cours d’eau, chaque jour, sous l’égide du CN Rail. Les hydrocarbures seraient ensuite stockés dans de grands réservoirs avant d’être transférés vers des bateaux aux fins d’exportation.

Des citoyens s’inquiètent de voir un si grand nombre de wagons traverser leur communauté chaque jour, et le souvenir de la tragédie de Lac-Mégantic, où il n’a fallu que quelques dizaines de wagons pour détruire le centre-ville, est encore vif. De plus, la rivière Chaudière a été grandement polluée lors de ce déversement, causant des anomalies et des malformations à plus du tiers des poissons qui y vivent.

Ces quelques 240 wagons traverseraient chaque jour des dizaines de villages et plusieurs villes comme Montréal, Saint-Lambert, Saint-Hyacinthe, Drummondville, Lévis, Montmagny, La Pocatière, Rivière-du-Loup, Trois-Pistoles et Rimouski. Ces convois longeraient le fleuve Saint-Laurent et croiseraient d’importants milieux naturels dont plusieurs rivières à saumon, en plus de terminer leur course dans la fragile et vivante Baie-des-Chaleurs. Le ministère de l’Environnement du Québec a refusé de tenir des audiences publiques à ce sujet malgré les demandes de dizaines de municipalités et le dépôt à l’Assemblée nationale d’une pétition contenant plus de 10 000 signatures.

L’opposition des premières nations

Les Mi’gmaq de la Gaspésie ont lancé une poursuite judiciaire contre Chaleur Terminals Inc et le gouvernement du Nouveau-Brunswick. Cette requête défend que ce projet est non seulement nuisible et potentiellement dangereux, mais qu’il constituerait une violation du titre aborigène, des droits ancestraux et des droits issus de traités des Mi’gmaq.

À ce sujet, le Chef Scott Martin affirme que : « De nos jours, on ne devrait plus vivre avec de telles menaces à nos rivières, nos communautés et notre mode vie – le transport du pétrole par ces trains explosifs devrait être une chose du passé. Le pipeline des sables bitumineux Énergie Est de TransCanada n’est pas la solution non plus. La seule solution est de laisser le le pétrole sale des sables bitumineux dans le sol. »

© 2016 Coule pas chez nous !